L'eau : une ressource rare à protéger

Été 2021

De toutes les ressources mondiales en eau, moins de 1 % convient à l'usage humain, agricole et industriel. Or, avec la croissance de la population et le développement économique mondial, nous sommes de plus en plus de personnes à utiliser de plus en plus d'eau.

Malheureusement, cette ressource est souvent gaspillée, polluée et gérée de manière non durable. On assiste ainsi à une raréfaction de l'eau, amplifiée par des facteurs environnementaux1, tels que :

  • les changements climatiques découlant de la hausse des températures;
  • l'augmentation du nombre d'événements météorologiques extrêmes comme les sécheresses;
  • les variations dans les niveaux de précipitations.

Stress hydrique : enjeux socio-économiques de taille

Lorsqu'une région fait face à une pénurie d'eau, elle se trouve en situation de stress hydrique. La population est alors vulnérable aux problèmes de santé, à la pauvreté, à la déscolarisation et aux conflits. Par exemple, en Afrique subsaharienne seulement, les femmes consacrent 40 milliards d'heures par année à transporter de l'eau, au détriment de leur éducation2.

Au Ghana, une réduction de 15 minutes du temps de la collecte de l'eau a permis d'augmenter la scolarisation des filles jusqu'à 12 %2.

Sur le plan de la croissance économique, un manque d'eau de qualité peut entraîner des pertes financières considérables en entreprise. Des interruptions de production ou une augmentation du coût d'approvisionnement pourraient désavantager plusieurs industries.

Le nombre de régions sans accès à l'eau est appelé à croître. Cela pourrait engendrer plusieurs mouvements de population. D'ici 2030, c'est plus de 700 millions de personnes dans le monde qui devront être déplacées en raison d'une pénurie grave d'eau potable3.

Un risque qui nous touche tous

Même le Canada n'est pas à l'abri de telles pénuries. Le sud des Prairies, reconnu comme le grenier à grain du pays, est très vulnérable aux effets du réchauffement climatique, qui risque d'y aggraver les sécheresses déjà présentes. Plus particulièrement, l'Alberta pourrait voir disparaître l'une de ses principales sources d'eau, les chutes Takakkaw (parc national Yoho, dans les Rocheuses), à cause de la fonte des glaciers.

Projection du taux d'humidité au Canada entre 2071 et 2100 selon le scénario d'une augmentation continue des émissions de gaz à effet de serre. L'indice d'humidité moyenne calcule la différence entre les précipitations annuelles et la perte potentielle de vapeur d'eau par la végétation4.

Lutter contre la rareté de l'eau grâce aux solutions SociéTerre

Heureusement, plusieurs sociétés font de cet enjeu une occasion d'affaires et s'y attaquent de front. Elles se donnent pour mission d'aider à préserver et à gérer l'eau de façon responsable, durable et rentable.

Les gestionnaires de portefeuille des Fonds Desjardins SociéTerre ont choisi d'intégrer plusieurs de ces sociétés à leurs portefeuilles. En plus d'être solides financièrement, les sociétés sélectionnées présentent des pistes de solutions dont voici quelques exemples :

  • Efficacité des processus : consommation plus faible d'eau par unité produite, meilleur suivi de son utilisation et adoption de produits alternatifs moins exigeants en eau.
  • Infrastructures d'approvisionnement : construction et maintenance d'un réseau résilient aux changements climatiques et plus étendu afin de diminuer les pertes.
  • Traitement et assainissement : développement de filtres, de stérilisateurs et de diverses techniques de purification, de construction et de gestion de stations d'épuration.
  • Sources d'eau alternatives : utilisation de systèmes de dessalement de l'eau de mer, de collecte des eaux pluviales ou de recyclage d'eau.

Les entreprises dans lesquelles le fonds investit5

Communiquez avec votre directeur régional des ventes pour en savoir plus sur nos produits et nos outils d'investissement responsable (IR) et découvrir comment les mettre à profit pour faire croître vos affaires.


Ces renseignements ne doivent pas être interprétés comme une recommandation d'achat ou de vente des titres, produits ou services mentionnés ni constituer l'unique fondement d'une décision de placement.

  1. DESJARDINS. Rapport annuel 2020 sur l'investissement responsable : Fonds Desjardins, 26 octobre 2020. (Consulté le 23 juin 2021).
  2. UNESCO. Le genre et les données sur l'eau : Projet pour l'évaluation, le suivi et la production de rapports sur les ressources en eau intégrant le genre, World Water Assessment Programme, 6 novembre 2015. (Consulté le 23 juin 2021).
  3. UNICEF. « Water scarcity : Addressing the growing lack of available water to meet children's needs », 2020. (Consulté le 23 juin 2021).
  4. RADIO-CANADA. « Les Prairies plus vulnérables aux sécheresses ». Mis à jour le 18 juin 2019. (Consulté le 23 juin 2021).
  5. Ces entreprises sont présentes dans le portefeuille du fonds au 31 mai 2021.

Afin de faciliter leur accessibilité, notre site web peut inclure des liens vers d'autres sites sur Internet. Lorsque les liens vers ces sites sont utilisés, les règles du site doivent être vérifiées et acceptées avant utilisation et nous déclinons toute responsabilité quant au contenu ou aux fonctionnalités supplémentaires de ces sites. Desjardins n'est pas responsable du contenu ou de l'objet de tout autre site web, y compris tout site qui a donné accès à son portail ou auquel vous avez accédé par son portail.

Les Fonds Desjardins ne sont pas garantis, leur valeur fluctue fréquemment et leur rendement passé n'est pas indicatif de leur rendement futur. Un placement dans un organisme de placement collectif (OPC) peut donner lieu à des frais de courtage, à des commissions de suivi, à des frais de gestion et à d'autres frais. Veuillez lire le prospectus avant d'investir. Les Fonds Desjardins sont offerts par des courtiers inscrits.